Défilé Basil Soda

juillet 23rd, 2012 | Rubrique : Coups de coeur, Divers | Vivi

 

Après avoir assisté pour la première fois à un défilé à Marseille, celui de la marque Kaporal, j’ai assisté pour la première fois en juin à un défilé Parisien. Je considère ce défilé comme un autre baptême, car ces deux univers n’avaient vraiment rien à voir ! Je vous raconte…

Mardi 3 juillet, il est 13h15 j’arrive seule dans la cour pavé du Couvent des Cordeliers dans le 6ème à Paris. J’ai mis ma robe préférée du moment, je me dis que le dos dénudé est original, avec des talons et mon sac vert flashy. Pas le look de d’Anna Dello Russo en somme.  Mais du moins je n’aurai pas trop l’air d’une pouilleuse. Le défilé est à 13h30, je sais que je vais patienter un peu. Il n’y a pas foule. Petit tour d’horizon à la recherche d’un visage familier. J’aperçois une fille que j’ai déjà croisé lors d’une présentation en showroom (me souvient plus du nom de son blog :-s). Nous papotons brièvement, un peu blog un peu boulot. Elle me demande : « Tu es placée où? »   »Heu… » « C’est écris sur ton invitation. » « Ah bon ? Je n’ai rien vu :-s »
Si vous n’êtes pas au courant, il faut savoir que dans les défilés, il y a une hiérarchie. Plusieurs entrées séparées sont prévues, les photographes, les VIP, les front row, et pour finir les standing. « Standing »…mmh, ma foi je ne suis pas bilingue, mais je présume que ce sont donc des places debout… qui dit debout dit au fond de la salle. Autrement dit… les pouilleux ? 
Je regarde mon invitation. « Tu as une pastille noire. » Sur le panneau indiquant les places « standing » figure une pastille noire. Aïe. Je suis donc une pouilleuse.
Mais je ne me laisse pas démonter, je suis mes acolytes.   »Mais ils ne vont pas te laisser entrer avec nous. » « Après tout à la base je ne savais pas que j’avais une place standing, je vais à l’accueil comme si de rien n’était. » 
La jeune femme à l’accueil, superbe robe noire, simple, chic, classe, me demande mon nom, regarde mon invitation, surligne sa liste…peut-être que ça va passer?! La jeune femme lève le nez de sa liste. « Par contre je vais vous laisser patienter devant l’entrée standing. » Outch. Tant pis. Je prend mon mal en patience, je m’y attendais.

Nouveau tour d’horizon, à la recherche d’un visage familier. Rien. 13h30 passé, le défilé est officiellement en retard. Normal. Une jeune fille dans une robe complètement folle au sens strict du terme (la robe pas la fille) se fait prendre en photo. Trois femmes, stilettos de 12 bien affutés, tenues de créateur, pochettes chics et allures élégantes, irréelles, discutent. Des photographes les prennent en photos, elles continuent leur discussion comme si de rien n’était. Pouilleuse je me sens à leur vue.

Un visage familier apparait dans la cour. Une jolie rousse. Slanelle. Je me dirige vers elle. Je me présente, elle ne se souvient pas de notre blog. Pouilleuse je vous dit. Je lui pose la question fatidique. « Tu es en standing ? ». Elle me montre sa place, pastille noire. Ouf, je me sens moins seule. Nous papotons, blog, appareil photo, et fashion week. Très sympathique. Des personnes arrivent au compte-gouttes. Des hommes en jupes. Normal.

Les standings sont invités à monter. Nous entrons dans la salle, il fait sombre, j’aperçois le catwalk. Nous passons devant le front row, des places sont vides, nous nous asseyons. Je suis assise au premier rang. Classe. Slanelle, habituée des défilés, m’explique que jusqu’à la dernière minute, des places sont conservées au premier rang en cas d’arrivée d’une personne importante. Si elles restent vacantes, pour ne pas avoir d’espace vides à l’avant, les « standings » viennent s’y installer. Rien ne sert de courir…vous connaissez la suite. C’est donc parfaitement installée que j’ai pu assister au défilé. Le lieu est magistral, sombre, une colonnade sépare le podium en deux. Les premières notes de musiques retentissent, il fait toujours sombre. Panique, comment vais-je réussir à prendre des photos potables ? Le premier mannequin arrive. Maigre, squelettique. On voit ses os. Grande, géante. Elle est jolie mais ne sourie pas. J’essaye de prendre une photo : ça ne va pas du tout. C’est flou, je me maudis. Le deuxième mannequin arrive, démarche pharaonique. Les robes sont belles, mais je n’en profite pas, je panique à cause de mon appareil photo. Essaye des réglages, rien ne va. Troisième mannequin. Toujours rien. Alors j’essaye de profiter et me plonger dans l’ambiance du défilé. Les mannequins passent juste à côté de moi, je peux voir les moindres détails de leur robe. La qualité du tissus, la perfection des coupes des robes de sirènes taillées sur mesure. Oui c’est sur c’est autre chose que Zara…  Cette ambiance sombre, théâtrale, fini par me happer. Les robes sont tout en transparence, très légères et pourtant chargées de broderies et brillants. Je retente le coup avec mon appareil, en mode automatique, ya du mieux. La mariée arrive, fantomatique. C’est la fin. Le créateur vient saluer. Nous applaudissons. On se lève pour partir. Je ne réalise pas vraiment tout ce que je viens de voir. C’est passé trop vite.

 

 

 

  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • RSS

6 Comments

  1. Min

    Impressionantes ces tenues!!

  2. Mélocy

    Très belles robes. J’aime beaucoup.

  3. cindy

    Super les photos, fallait pas paniquer! et standing peut être mais front row qu’en même!
    http://www.classy-dressing.com

  4. Coralie de Made In SisterS

    Super ce défilé, les robes sont magnifiques! je suis vraiment jalouse d ene pas ya assister! bisous
    http://www.madeinsisters.com/

  5. Narjess

    Les robes sont magnifiques, je reconnais le mannequin Hanaa Ben Abdesslem égérie de Lancôme dans la première photo. :)

  6. Vivi

    Salut Narjess, ah je ne savais pas que c’était elle, en tout cas j’avais trouvé que c’était la plus jolie des mannequins, elle a beaucoup de charisme, c’est pour ça que j’ai mis sa photo en premier dans l’article !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Spam protection by WP Captcha-Free